France-Algérie (le meilleur et le pire)

1622666

*Commémoration par la France du 70ème anniversaire du Débarquement de Provence près de Toulon 

Le 15 août 1944, 450 000 hommes avaient débarqué sur les plages du Var

*180.000 soldats du Maghreb ont participé à ce débarquement

*Les Algériens étaient les plus nombreux. et ils ont participé à libérer la France. 

Algérie-France : Réunion de la haute commission mixte le 4 décembre prochain à Paris

Deux dates. L’histoire entre la France et l’Algérie comporte deux événements majeurs qui se sont produits à Toulon avec plus d’un siècle d’intervalle. Hier, c’était la commémoration par la France du 70ème anniversaire du Débarquement de Provence près de Toulon. Sur invitation du président français, François Hollande, Sellal était présent à la cérémonie. Il représentait le président de la République, Abdelaziz Bouteflika qui avait assisté personnellement en 2004, sur invitation du président français Jacques Chirac, au 60ème anniversaire de ce même débarquement. Ce débarquement du 14 Août 1944 près de Toulon est celui de 350.000 soldats qui allaient reprendre les villes françaises occupées par l’Allemagne nazie.
180.000 de ces soldats venaient du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) qui faisait partie de l’Empire colonial français. Les Algériens étaient en plus grand nombre. Bref, ils ont libéré la France. Ce qui est intéressant à retenir de cette participation algérienne en plus de celle du centenaire de la guerre 14-18 qui a été célébré le 14 Juillet dernier aux Champs-Élysées, est cette volonté commune de rapprochement entre la France et l’Algérie en brisant des tabous qui entravent la paix mémorielle. Ce n’est pas toujours facile, mais l’apaisement est en marche. Moins pour les Marocains et les Tunisiens qui n’ont eu à subir de la France que le Protectorat. Comparé à l’annexion pure et simple de l’Algérie avec le déni existentiel du peuple algérien, nos voisins ont, relativement, moins souffert que nous. C’est pourquoi leur relation avec la France est différente, normalisée. Un ancien Français de Tunisie ou du Maroc est forcément moins revanchard qu’un ancien Français d’Algérie. C’est pourquoi la participation algérienne à des commémorations militaires françaises revêt un caractère particulier. Elle suscite de nombreuses et vives réactions. C’est une véritable «dévitalisation» de la douleur que tentent actuellement les chefs d’Etat des deux pays. La partie n’est pas facile. Elle n’est cependant pas impossible. Elle exige du temps et beaucoup de doigté. Avec sincérité, justice et respect mutuel. On ne comble pas un fossé qui date du Directoire en un jour ni même en dix ans. Entre le 60ème et le 70ème anniversaire du Débarquement de Provence, il y a eu, par exemple, un «passage à vide» durant le quinquennat Sarkozy. Ce qui incite à ne rater aucune occasion pour rattraper le temps perdu. On disait au début qu’il y a deux dates à Toulon qui marquent l’histoire entre l’Algérie et la France. Celle d’hier est connue. Celle du 14 juin 1830 l’est beaucoup moins. C’est ce jour-là que le débarquement français a réellement eu lieu en Algérie. Et c’est de Toulon qu’est partie l’armada composée de 600 navires commandés par l’amiral Duperré sous le contrôle vigilant du ministre de la Guerre, le général Louis de Bourmont, qui était du voyage. Le départ de la flotte a eu lieu le 25 mai 1830 mais une tempête l’oblige à se détourner sur Palma, le temps de regrouper les navires. Une semaine après, l’expédition reprend sa «route» vers Alger. Le 14 juin les militaires français foulent le sol algérien pour marcher sur Alger qu’ils atteindront le 5 juillet 1830. Si les Algériens ont débarqué le 14 août 1944 à Toulon pour libérer la France, le 14 juin 1830, les Français, partis de Toulon, ont débarqué à Sidi Ferruch pour occuper notre pays. L’année prochaine ce sera le 185ème anniversaire de ce débarquement français en Algérie. Une occasion supplémentaire de commémorer ensemble, Français et Algériens, l’événement. Avec le courage, la lucidité et la reconnaissance nécessaires à l’apaisement des coeurs. D’ailleurs, et après la commémoration du 14 Août 1944, «zapper» le 14 juin 1830 sera, pour le moins, contre-productif! *Par Zouhir MEBARKI - Samedi 16 Aout 2014-L’Expression

**Une nouvelle version de notre histoire commune

C'est Abdelmalek Sellal qui dirige la délégation algérienne

La présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, aux cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement de Provence prouve, à la France et au monde, qu’une page inédite entre Paris et Alger vient de s’ouvrir.

L’histoire a de ces retours de manivelle qui font des ravages. On a souvent dit que le destin est un excellent metteur en scène. On en a encore la preuve. 52 ans après son indépendance, l’Algérie officielle parade, étendard déployé à Toulon. Une ville du sud-est de la France qui dispose d’un port militaire de première importance où sont basés le porte-avion Charles de Gaulle, des porte-hélicoptères, des sous-marins nucléaires… La troisième ville de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est aussi un des symboles de la Seconde Guerre mondiale qui a vu le déferlement de soldats maghrébins en majorité algériens qui sont partis à l’assaut des fortifications allemandes pour libérer la France soumise pendant quatre ans à l’occupation de l’Allemagne nazie. Un conflit où les Algériens qui se sont distingués par leurs, hauts faits d’armes ont payé le plus lourd tribut aux côtés d’autres peuples qui ont perdu des milliers de leurs fils. Des actes d’héroïsme retracés par l’excellent film de Rachid Bouchareb qui a relaté cette épopée. L’Algérie a participé en l’espace d’un mois à deux manifestations grandioses commémorant l’histoire contemporaine de la France. La première fois, le 14 juillet pour commémorer le centenaire du premier conflit mondial, avec trois militaires représentant trois corps d’armée pour rappeler aux Français la part prise par les Algériens dans la libération de la France. «Le peuple algérien assume toute son histoire et honore ses propres contributions à la liberté à travers le monde», avait indiqué le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui a souligné que cette participation vise à rendre «à nos valeureux aînés l’hommage qu’ils méritent pour le sacrifice de leur vie pour la liberté d’autrui et la leur propre». Un mois après, bis repetita. La Seconde Guerre mondiale à travers la célébration du 70ème anniversaire du Débarquement de Provence vient titiller la mémoire vacillante de la France. C’est d’Oran, de Constantine, d’Alger, anciens départements français que sont partis les contingents de jeunes Algériens qui tomberont pour l’honneur et la gloire de la France. Douze d’entre eux, rescapés de ce second conflit planétaire, le plus meurtrier de l’histoire avec plus de 60 millions de morts, ont été officiellement invités au même titre que d’autres survivants représentant 28 autres pays pour assister aux festivités de cet événement à partir du porte-avion Charles de Gaulle. Le président François Hollande leur a rendu hier un vibrant hommage. «Beaucoup étaient Algériens, Marocains, Tunisiens. On les appelait encore des «indigènes». «Il y avait aussi à leurs côtés les tirailleurs sénégalais, les goumiers, les tabors, les spahis, les zouaves», a rappelé le chef de l’Etat français, lors d’une cérémonie au mémorial du Mont-Faron (Toulon). «Par leurs sacrifices, ces hommes ont noué entre notre pays et l’Afrique un lien de sang que rien ne saurait dénouer» a-t-il tenu à souligner comme pour sceller de manière définitive cette histoire qui nous unit. La présence du Premier ministre Abdelmalek Sellal, aux cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement de Provence prouve à la France et au monde qu’une page inédite entre Paris et Alger vient de s’ouvrir. La balle n’est désormais plus dans le camp des Algériens qui ont pourtant souffert de 132 ans de colonisation féroce.
Cette main tendue de l’Algérie converge vers un rapprochement qui préfigure du renforcement des relations multilatérales (culturels, linguistiques, économiques…) qui pourront s’avérer comme des passerelles solides entre les deux rives de la Méditerranée.
Quant aux souhaits de certains clans aigris, nostalgiques de l’Algérie française qui entretiennent les sentiments de haine et de xénophobie vis-à-vis des Algériens, faisons confiance au peuple français qui saura trancher.*Par Mohamed TOUATI - Samedi 16 Aout 2014 -L’Expression

*François Hollande:  grâce à vous la France est redevenue souveraine

L’Afrique à l’honneur pour les 70 ans du débarquement en Provence. À bord du porte-avion Charles de Gaulle, le président français François Hollande a rendu un hommage appuyé aux troupes de cette “armée d’Afrique” qui a joué un rôle essentiel dans la réussite du débarquement dans le sud de la France, le 15 août 1944 : “ je veux vous dire la reconnaissance de la France. C’est grâce à vous qu’elle est redevenue souveraine, c’est grâce à vous qu’elle est devenue membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies après la guerre. (…) À la jeunesse d’Afrique, je veux lui dire que nous n’avons pas oublié le sacrifice des anciens et que la France sait ce qu’elle leur doit”.

Et François Hollande d’ajouter devant les treize chefs d‘État et de gouvernement africains et devant les 150 vétérans présents, que la France et l’Europe devaient désormais à leur tour, “rendre au Sud ce qu’il a été capable d’apporter à l‘été 1944”. Le 15 août 1944, 450 000 hommes avaient débarqué sur les plages du Var. *fr.euronews.com/15/08/2014

Débarquement en Provence : Les anciens combattants algériens attendus à Toulon

**La délégation algérienne d´anciens combattants devant prendre part aux festivités commémoratives du 70e anniversaire du débarquement des des Alliés en Provence(France) est composée de 11 membres. Ils ont été reçus, mercredi dernier à l’ambassade de France à Alger pour une cérémonie d’hommage juste avant leur départ pour la ville de Toulon qui abritera les festivités en question.

Ces anciens vétérans reviendront sur les lieux qui les virent, il y a tout juste 70 ans, débarquer sur les côtes de France et participer aux combats de la libération, notamment de la ville de Marseille. Il est à noter que quatre des membres de la délégation algérienne (la plus importante en nombre de toutes les délégations étrangères invitées) se verront remettre par le président de la République française, François Hollande, les insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.*Par Lila Ghali | 15/08/2014 *algerie1.com

** L’écrasante majorité des combattants venait d’Algérie 

Représentant le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour assister aux festivités commémorant le 70ème anniversaire du débarquement en Provence, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est arrivé vendredi après-midi à Toulon (sud-est de la France) à bord d’un hélicoptère à partir de la ville de Marseille. Il a été accueilli sur le porte avions Charles-de-Gaulle par le président français, François Hollande.

Le Premier ministre assiste à la cérémonie aux côtés de 27 délégations dont 19 pays africains à partir du porte avions Charles-de-Gaulle, ancré au large de Toulon dont « la rade constitue le principale lieu de la cérémonie officielle décennale ». Il s’agit, entre autres, de la Tunisie, du Maroc, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger, de Madagascar, du Sénégal, des Etats Unis et bien d’autres pays.

Après la parade navale, un diner sera offert, à bord du Charles-de-Gaulle par le président Hollande en l’honneur des délégations étrangères. Un feu d’artifices aura lieu à 22 heures pour clôturer ces cérémonies.

Concernant les anciens combattants, environ 200 vétérans sont attendus également pour assister à la cérémonie à bord du porte-avions Charles-De-Gaulle, et auxquels « un hommage particulier » sera rendu à l’occasion des cérémonies du 70ème anniversaire du débarquement sur les côtes varoises.

Appelé d’abord « Anvil » puis « Dragoon », l’opération militaire sur les côtes du Var menée par les forces alliées le 15 août 1944 (après celui de Normandie) avait pour objectif de soutenir celle effectuée début juin en Normandie afin de prendre en tenaille l’occupant allemand pour le contraindre à battre en retraite. Selon des historiens, plus de 230 000 combattants ont débarqué sur ces bordures de la Méditerranée dont 90% venaient d’Afrique du nord et l’écrasante majorité d’Algérie.*Khidr Omar | 15/08/2014 *algerie1.com

************************************

Une réponse à “France-Algérie (le meilleur et le pire)”

  1. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (14:19:02) :

    This is very fascinating, You are an excessively skilled blogger. I have joined your rss feed and stay up for looking for extra of your magnificent post. Also, I’ve shared your site in my social networks!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...