vieillir en autonomie

LE FIGARO. Question – Comment améliorer l’espérance de vie sans incapacité ?
Olivier SAINT-JEAN,chef de service à l’hôpital Georges-Pompidou et professeur de gériatrie : . – S’il existe une prévention efficace de l’apparition d’une incapacité au cours du vieillissement, basée sur de nombreux travaux scientifiques et épidémiologiques, aucun plan d’envergure ne l’a mise en œuvre en France. C’est d’autant plus dommage que la science nous apprend que c’est vers 50 ans, à la maturité, que les déterminants de l’autonomie dans la vieillesse s’établissent. On est bien au cœur de notre sujet. Quelques mesures simples doivent être mises en place. Nous devons développer une politique efficace de dépistage des facteurs de risque cardio-vasculaires (hypertension artérielle, diabète, excès de cholestérol…). Nous en sommes loin et la médecine du travail, dont c’est une des missions, est dramatiquement démunie de moyens. L’offre de bilan de santé systématique est insuffisante. La France sait faire des politiques de traitement des maladies mais elle est défaillante quand il s’agit d’organiser la prévention. Et c’est la faute de tous, politiques, professionnels et usagers…

La prévention ne passe pas seulement par des traitements, mais un mode de vie, souvent difficile à modifier…
C’est vrai. Nous devons construire une politique d’offre d’activités physiques et sportives, qui est le moyen le plus efficace, prouvé dans de nombreuses études, de maintenir longtemps l’autonomie physique. Cette offre doit être accessible à tous, véritablement populaire. En France, certes il y a quelques clubs de sport, souvent fréquentés par des quinquagénaires. Mais ce sont des clubs privés et coûteux. En Chine, dans chaque square ou jardin public, il y a des appareils de gymnastique pour adultes. Ils n’ont pas la vidéo intégrée et sont moins chromés que ceux des clubs chics parisiens. Mais l’effet pour la santé est le même. Fabriqués en Chine, ils ne devraient pas coûter bien chers. Nous devons également dynamiser le plan nutrition-santé «manger, bouger», qui peine à aller de l’avant. Une action sur la santé durable par l’alimentation est possible, mais elle est indissociable de la politique agricole et de l’action sur l’industrie agroalimentaire. Cette dernière continue à offrir des produits toujours trop salés, toujours trop gras, à l’abri derrière une réglementation trop timide. Et on produit toujours trop de céréales et pas assez de fruits et de légumes à des prix raisonnables.

La qualité du vieillissement psychologique est aussi souvent oubliée… Il faut mener une réflexion sociale globale sur la perception du vieillissement dans notre société. Pour vieillir en autonomie, il faut garder l’estime de soi dans cet itinéraire de vieillissement. Le «jeunisme» de notre société, la sacralisation de la performance immédiate, le vieillissement toujours associé à la dégradation, l’image triomphante du corps jeune, tout cela n’aide pas. Il faut, en outre, promouvoir la recherche sur le vieillissement. Sujet tabou, il n’est pas l’objet d’une politique scientifique coordonnée. Alors que nombre de pays se sont dotés d’instituts nationaux du vieillissement, chargés de la conception des politiques publiques de la vieillesse et de la recherche, la France n’en a même pas le projet. Il y a bien eu, fin 2006, un plan ministériel, bien vieillir, mais il n’était pas financé et l’occasion a été manquée.

Peut-on aujourd’hui travailler en France jusqu’à 70 ans ?  Pour que l’allongement de la durée du travail ne génère pas une catastrophe humaine et un accroissement des inégalités sociales, c’est dès maintenant qu’il faut agir et investir, ne serait-ce, cyniquement, afin de maintenir la productivité de cette classe d’âge dans le futur. Le 18 novembre, les sénateurs ont voté la possibilité de repousser l’âge de la retraite à 70 ans, le jour même où les chercheurs ont publié cette première étude d’espérance de vie sans incapacité dans 25 pays d’Europe. La génération qui arrive à cet âge-là a une importance capitale : elle est très nombreuse (c’est celle du baby-boom) et c’est elle dont l’âge de la retraite est remis en cause. Même si l’émergence d’une incapacité n’est pas en contradiction avec la poursuite d’un travail, peut-on raisonnablement faire travailler cette génération jusqu’à 70 ans ? Cela sera impossible sans une modification radicale des politiques de santé en France.

63 réponses à “vieillir en autonomie”

1 2 3 4
  1. 21 03 2019
    battery operated coffee maker (02:07:54) :

    A person necessarily lend a hand to make seriously posts I’d state. That is the first time I frequented your website page and to this point? I amazed with the analysis you made to make this particular post amazing. Wonderful process!

    http://www.electricpercolatorcoffeepot.com/battery-operated-coffee-makers/

  2. 18 03 2019
    stove top coffee percolator (06:34:08) :

    You actually make it seem so easy with your presentation but I find this topic to be really something that I think I would never understand. It seems too complex and very broad for me. I am looking forward for your next post, I’ll try to get the hang of it!

    https://www.electricpercolatorcoffeepot.com/stovetop-coffee-makers/

  3. 11 03 2019
    bialetti 9 cup (06:16:15) :

    I was reading some of your posts on this internet site and I think this website is really instructive! Keep posting .

    https://www.electricpercolatorcoffeepot.com/stovetop-coffee-makers/

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...